Accueil » National » Journée nationale de la presse : Message du Président Bouteflika

Journée nationale de la presse : Message du Président Bouteflika

ALGER – A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, le 22 octobre, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé dimanche un message, dont voici la traduction APS :

Mesdames, Messieurs, La célébration, cette année, de la Journée nationale de la presse se veut, une fois encore, l’expression de notre considération à la famille de la presse nationale, une halte pour évaluer les réalisations de la corporation et une opportunité pour méditer la situation de notre pays et les défis auxquels il est confronté.

Oui, mesdames et messieurs, Femmes et Hommes des médias, vous appartenez à la corporation d’une noble profession, une corporation qui s’est taillée, avec mérite, une place de choix de par le monde.

La presse algérienne a contribué, en effet, à notre lutte de libération et a accompagné, dans l’Algérie indépendante, le processus de construction et d’édification.

De même qu’elle a payé un lourd tribu de martyrs du devoir national face au terrorisme abject.

La célébration de cette journée est également l’occasion de se recueillir à la mémoire des Chouhada de la Glorieuse révolution de Novembre et des martyrs du devoir national parmi les Femmes et Hommes de la presse algérienne.

Mesdames, Messieurs, A la faveur de la paix recouvrée et de la consécration de la Réconciliation nationale, la presse de notre pays a enregistré une avancée notable, au diapason de la reconstruction de l’Algérie dans tous les domaines.

Forte, aujourd’hui, de plus de 150 titres, la presse écrite a connu un essor fulgurant les deux dernières décennies et le secteur de l’audio-visuel s’est consolidé avec la création d’une vingtaine de chaînes privées, sans oublier le développement de la presse électronique.

Ce sont là, des acquis qui sont venus enrichir le système d’information national ainsi que les divers medias publics.

Durant ces deux dernières décennies, l’intérêt particulier qu’accorde l’Etat au développement de l’information et de la communication s’est traduit également par l’ouverture d’un grand nombre d’instituts spécialisés, formant chaque année des centaines d’étudiants ayant choisi cette noble profession.

Le souci de l’Algérie de développer une presse nationale professionnelle et indépendante s’est manifesté aussi à travers les nombreuses réformes introduites dans la Constitution de notre pays.

Des réformes visant à consolider la liberté de presse et le droit des médias à l’accès à l’information en plaçant cette profession sous le couvert de la loi, qui protège toutes les libertés et impose le respect de tous les devoirs.

Mesdames, Messieurs, Même si nous nous félicitons, légitimement, à chaque occasion des progrès de notre pays, nous ne devons pas ignorer, cependant, les insuffisances qu’il connait dans plusieurs domaines, de même que nous ne devons mésestimer les dangers qui le guettent à plusieurs niveaux.

Certes, des insuffisances et des fléaux désolants persistent en termes de bureaucratie, de favoritisme et de corruption.

Néanmoins, la volonté de l’Etat à lutter contre ces fléaux et à remédier à ces lacunes est incontestablement évidente tant au plan juridique que politique.

Cette finalité requiert la conjugaison des efforts de tout un chacun, y compris de la part de la presse et des médias.

Souligner les insuffisances existant à travers notre vaste pays ou les dérives enregistrées ici et là, est une contribution précieuse de nos médias au redressement de la situation et au renforcement de l’Etat de droit.

Partant, je vous exhorte, vous journalistes, de jouer votre rôle dans ce sens et de contribuer à l’orientation de la société vers le droit chemin, en vous assurant de la protection de l’Etat et de la Loi.

Mesdames, Messieurs, J’ai déjà évoqué, dans mon dernier message à l’occasion de la journée nationale du Moudjahid, les défis auxquels est confronté notre pays mais le sujet est tellement important que je me dois de le reprendre.

En effet, si aujourd’hui, et Dieu merci, nous vivons dans la paix et la sécurité, nous évoluons également dans un environnement régional caractérisé par de multiples crises et conflits ainsi que par les fléaux du terrorisme abject, du crime transfrontalier et du trafic d’armes et de drogues.

Des dangers qui menacent notre société et requièrent de notre part vigilance et mobilisation pour préserver l’intégrité de notre peuple et de notre patrie.

Il est vrai que nous avons en l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), un rempart dont nous nous enorgueillissons, une Armée dont je salue les éléments et le Commandement et me recueille à la mémoire de ses vaillantes victimes, une Armée dévouée au service de la patrie et à ses missions constitutionnelles.

Toutefois, l’immunisation de l’Algérie contre les risques externes implique également un front populaire, pétri du sens du patriotisme et du souci de la préservation de l’Algérie contre tout dérapage ou atteinte quelle qu’en soit l’origine.

Nous devons être attachés à notre intégrité territoriale et soucieux de la protection de notre société contre les complots ou les manœuvres politiciennes, malheureusement nombreuses, chaque fois que notre pays a rendez-vous avec une importante échéance politique.

A l’instar de plusieurs pays émergeants, l’Algérie fait face à des défis majeurs dans le domaine économique, essentiellement celui de sortir de la dépendance excessive aux hydrocarbures au vu des fluctuations du marché mondial et des enjeux de la conjoncture économique mondiale vulnérable, auxquels nul n’est à l’abri.

Face à cet état de fait, notre société entière est appelée à davantage d’efforts pour une meilleure rentabilité de l’économie nationale à travers d’inéluctables réformes.

Des réformes qui doivent vaincre les slogans creux mais demeurées attacher à la justice sociale et à la solidarité nationale, en tant que constantes nationales émanant de la Déclaration du 1er novembre 54.

Les Femmes et Hommes de la presse nationale ont, face à ces défis, un rôle prépondérant à jouer au service de la patrie, un rôle que vous assumez, à la différence de vos obédiences et tendances politiques, étant donné que nous connaissons un pluralisme dont nous sommes fiers et auquel nous nous attachons.

Mesdames, Messieurs, La Journée nationale de la presse est célébrée cette année sous le thème « Le vivre ensemble en paix ».

Un noble et louable objectif dont l’Algérie a porté l’étendard dans le concert des Nations.

L’Algérie qui a pris conscience, à travers les siècles, que la paix et le vivre ensemble dans la prospérité sont le couronnement d’une lutte, voire même de sacrifices.

Aujourd’hui que nous jouissons de paix et de sécurité, notre patrie attend de nous de la servir avec dévouement et abnégation, d’agir pour la manifestation de la vérité au service du pays et de son peuple et de veiller à la préservation de son intégrité, et à la sensibilisation à l’importance de sa sauvegarde.

Ce sont là des objectifs et des missions tellement honorables, des objectifs et des missions qui sont au cœur même de votre noble profession, vous Hommes et Femmes de la presse algérienne.

Confiant en votre réponse à cet appel au service de la patrie, je vous adresse mes salutations fraternelles et vous souhaite davantage de progrès et de prospérité.

Source :APS

À propos redaction